Les Saintes

Le départ de la Dominique, le vendredi 15, a été particulièrement mouvementé et humide : 2 heures de navigation sous une pluie battante avec 20 à 25 nds de vent de travers, avant les éclaircies qui nous accompagneront pendant les 3 heures de navigation restantes. La navigation dans les canaux, les bras de mer séparant les îles, est loin d’être une navigation de tout repos. Il faut compter avec le vent, rarement moins de 20 nds, parfois dans le nez et de la mer, en moyenne 2 mètres de creux. Les Saintes bis Les Saintes 1 Les Saintes 2

L’arrivée aux Saintes s’est effectuée à Terre de Haut car le but était de récupérer le moteur électrique du guindeau que j’avais fait livrer chez Fred Golion, un ancien moniteur et entraineur du club de voile de Fos. La poste avait livré le colis le jour de notre départ de Dominique et nous l’avons récupéré le samedi, Fred nous ayant fait une visite partielle de l’île. Les Saintes - Fred et JL Les Saintes - Le Bourg Les Saintes - Le Bourg 1 Les Saintes - Le Bourg 2

L’île est petite mais très jolie et notre mouillage derrière le Pain de Sucre bien agréable. J’ai été obligé de jeter l’ancre puisqu’il n’y avait aucune bouée disponible dans la baie du Bourg. Dommage, car pour rejoindre Fred il nous a fallut descendre et monter sur 3 kilomètres à pied ! Les Saintes - le mouillage Les Saintes - le mouillage 1 Les Saintes - le mouillage 2

Comme en Martinique, les Saintes possèdent leurs bateaux typiques, les Saintoises, issues des pinasses bretonnes. Il faut préciser que l'île de Terre de Haut est peuplé de descendants de bretons expatriés et qu'ils restent attachés à cette terre d'origine de leurs ancêtres. Le serveur du restaurant avait un très beau t-shirt avec le drapeau breton c'est dire. Donc ces Saintoises comme les yoles martiniquaises servent de support à des régates. La différence avec la Martinique est que l'organisation de ces courses répond aux règles de la Fédération Française de Voile et doit respecter les critères de jauge qui ont été définis.

Une saintoise

Le déballage du colis m’a réservé une surprise car le moteur livré était différent au niveau des connecteurs, 3 au lieu de 2. Cela n’a l’air de rien mais cette différence impacte le montage électrique car il nécessite un autre relais électrique qui bien évidemment n’était pas disponible aux Saintes.

Nous écourtons donc notre séjour à Terre de Haut sans prendre le temps d’aller à Terre de Bas, ni de finir la visite entreprise avec Fred. Il faut dire que le temps n’incitait pas trop à rouler en scooter, dimanche il a plu quasiment toute la journée.

Les Saintes - un dimanche de pluie

Lundi matin j’ai donc été contraint d’utiliser mes muscles d’airain qui semblent faire envie à certains pour remonter l’ancre et les 45 mètres de mouillage que j’avais laissé descendre dans 15 mètres de profondeur ! Difficile de mouiller à moins. Puis direction Point à Pitre à 30 milles de là.

A bientôt.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet