La bataille de l'Atlantique

Qu'est-ce que ce titre pompeux qui rappelle un film de guerre diffusé dans l'émission « Les Dossiers de l'Ecran », présentée par Armand Jammot dans les années 1970 ? Et pourtant, il a fallu nous battre jour et nuit pour atteindre notre but : l'île de Flores dans l'archipel des Açores. Traversée océan retour - du far pour la route Traversée océan retour - départ de Sunbay Marina Traversée océan retour - départ de Fajardo

Si la première semaine fut relativement tranquille avec du vent portant médium puis pas de vent donc utilisation du moteur ou un vent léger nous permettant une journée complète de mettre en service notre spi, les 3 autres semaines, oui vous avez bien lu, 3 autres semaines, nous avons dû batailler contre le vent pour pouvoir avancer. Traversée océan retour - calme plat ! Traversée océan retour - le spi ! Traversée océan retour - soleil couchant

En effet, nous avons eu 21 jours de près serré entre 15 et 28 nds. A 28 nds et 3 à 4 mètres de creux, nous avons mis du largue donc du sud dans notre navigation, car c'était difficilement tenable pour le bateau qui tapait comme un beau diable. Au largue nous avons effectué, là, nos meilleures moyennes : 147, 157 et 154 milles par jour avec des pointes à plus de 9 nds mais ce n'était plus la route prévue et optimale !

Naviguer dans ces conditions ce n'est pas simple, il faut virer de bord, accepter que le vent refuse et nous oblige à nous écarter de la route pour y revenir quand celui-ci adonne. Résultat : un peu plus de 3000 milles pour une route directe de 2400. Quand on aime... n'est-ce pas !

route suivie Traversée océan retour - il n'est pas passé loin ! Traversée océan retour - ciel embrasé !

A ces conditions, il faut rajouter la défection maintenant récurrente de nos deux pilotes automatiques. Le pilote de secours pour problème électronique, (il ne l'avait pas fait encore, celui là), plus de possibilité d'utiliser les touches de correction négatives de cap (-1, -10) et le pilote principal ayant les mêmes symptômes de craquements néfastes que nous avons connus au Cap Vert et sur la route de la Martinique. Donc nous avons, pendant 3 semaines, barré 24/24 heures. Nous avions à quelques milles de Flores une légère lassitude à peine perceptible, seulement perturbée par quelques jurons de défoulement à chaque refus du vent. Rien que de très normal, après tout. Traversée océan retour - il fait froid !

Nous sommes donc arrivés à Flores le 21/05/13 après 27 jours et 2 heures d'une navigation éprouvante tant sur le plan physique que nerveux, mais malgré tout nous avons bénéficié de conditions météo, certes exceptionnelles de part la direction des vents, mais relativement clémentes, vent maxi 28 nds. La semaine après notre départ, 2 bateaux ont disparu à quelques 600 milles des Açores dans une dépression très creuse avec du vent à F10/F11 et des creux de 11 à 12 mètres : un bateau de 75 pieds et un autre de 35. Traversée océan retour - Corvo Açores Traversée océan retour - Flores Açores Traversée océan retour - arrivée à la marina de Lajes - Flores

Le capitaine de port de Flores nous a précisé qu'il a accueilli plusieurs bateaux ayant démâté durant cette transat retour. Nous mêmes avons rencontré plusieurs bateaux ayant eu des ruptures de haubans ou d'étai. La navigation au près fait énormément souffrir les structures du bateau. Nous, nous déplorons la perte de notre groupe frigo qui a baigné dans l'eau que nous avons embarqué à plusieurs reprises par les vagues qui submergeaient le bateau quand celui-ci piquait du nez dans les vagues. Difficile de déterminer le nombre de litres rentrés par on ne sait où, mais j'évalue "à la louche" entre 200 et 300 litres en tout.

Malgré tout nous avons réussi à avoir une vie en mer relativement normale. Brigitte a pu cuisiner des petits gâteaux, c’est bon pour le moral et les quarts de nuit et elle a pu comme à l’aller pétrir un bon pain. Traversée océan retour - petits gâteaux secs Traversée océan retour - pain aux céréales

Comme à l’aller, où nous avions deux anniversaires à fêter, nous avons sur cette traversée arrosé un certain 10 mai, date importante s’il en est pour beaucoup de nos amis et pour nous. Non, non, ce n’est pas ce 10 mai là, celui de l’avènement de son altesse François de la Rose, c’est le 10 mai de notre mariage, date hautement plus importante à nos yeux. Pour fêter ça, j’ai mis mon plus beau costume de plongeur et je me suis immergé par 4000 mètres de fonds pour ramener le repas de fête, en l’occurrence, une dorade coryphène de bonne taille ! Auparavant, j’avais essayé la méthode classique de la canne à pêche avec son leurre qui par deux fois s’est rompu sous la pression de la bête. Par moment nous passions dans des champs d’algues qui s’accrochaient, bien évidemment au fil et au leurre nous donnant l’illusion d’une nouvelle prise. Que nenni, de l’herbe ! Traversée océan retour - Les algues

Une troisième tentative faillit être couronnée de succès lorsqu’à quelques mètres de la plateforme le poisson se décrocha. Enfin, avec la quatrième nous avons pu fêter dignement cet anniversaire, chacun son tour, avec des filets de dorade à la provençale et pommes de terre. Un régal ! Traversée océan retour - une belle dorade

Le fait de barrer nous laissant peu de temps de loisir, notre occupation a été, par exemple, de hurler pour empêcher les oiseaux du large à se poser sur notre girouette, ou bien, malheureusement de surveiller constamment la mer à la recherche éventuelle d’un radeau de survie lorsque nous sommes passés dans la zone de recherche d’un bateau porté disparu. Traversée océan retour - et en plus il insistait !

Cette traversée nous a rappelé également que nous avions définitivement quitté les Antilles et que nous nous dirigions vers le vieux continent, en effet les jours rallongeaient et le jour, mais surtout la nuit, le froid et l’humidité s’immisçaient à travers nos couches de vêtement polaire. Autre constat, le bronzage si savamment entretenu pendant ces quelques mois a quasiment disparu au cours de cette route de retour. Traversée océan retour - JL avec barbe de 3 sem ! Traversée océan retour - le bronzage a disparu !

Donc ne boudons pas notre plaisir d'avoir réussi la première partie de la transat retour, la plus longue, sans casse majeure. Maintenant place au repos, aux réparations, (comme d'habitude) et à la visite de Flores puis de Faial et peut-être de Terceira. Traversée océan retour - à la vôtre !

A bientôt.

Commentaires

1. Le vendredi 07 juin 2013, 20:22 par roger

salut tous les deux vieuxloups de mer
Content de vous savoir de nouveau sur le vieux continent
Chapeaux!!
Bises

2. Le samedi 29 juin 2013, 05:49 par gerard crescioni

bravo a tous les 2. J`admire votre courage. Content d`avoir ete sur votre route a saint martin.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet